Campagne par courriel du Bloc Québécois

Après mon étude sur les communications par courriel du NPD, je récidive une nouvelle fois avec l’exemple du Bloc Québécois. Depuis le début de la campagne, j’ai reçu peu de courriels du Bloc, peut être 3 ou 4 tout au plus, une moyenne d’un par semaine.

La communication est expédiée par un serveur hébergé par Iweb, sans utiliser de technologie particulière. Il s’agit probablement d’une solution maison ou d’un logiciel opensource. Aucun élément ne permet de deviner la technologie utilisée.

L’utilisation d’une solution pro d’expédition n’est pas obligatoire, mais cela permet de s’assurer dans un déliverabilité plus haute. D’autant plus que le message ne contient pas un contenu alternatif sous forme de texte, ce qui peut être problématique pour certains outils antispam.

Cependant, il est dommage que le courriel ne traque ni les clics, ni le taux d’ouverture. Dans une élection (ou tout cas d’utilisation commerciale d’un envoi par courriel), le taux d’ouverture et de clics sont des éléments essentiels. Cela permettra par exemple de repérer les utilisateurs les plus actifs, suivre un taux de conversion… Pour le cas du Bloc, ils auraient pu essayer de faire sortir le vote en écrivant à leurs abonnés les plus engagés : ceux qui lisent tous les messages et qui cliquent souvent par exemple.

La taille du bandeau est fixée à 500 pixels, ce qui assure un affichage optimal dans la plupart des logiciels de courriel.

Le message reste dans la rhétorique du Bloc, avec un appel pour lutter à la division du vote. Le tout fini par un lien pour contribuer. Dommage, un incitatif à donner, un rappel des déductions, aurait probablement eu un meilleur taux de conversion.

Ma note : 5/10. Juste la moyenne, pas de suivi du clic et de l’ouverture. Message un peu froid dans la mise en page.