Fermeture de boutiques dans les centres commerciaux

Le début de l’année semble difficile pour le centre commercial Place Ste-Foy, propriété d’Ivanhoé Cambridge. Neuf magasins ont fermé ou ferment leurs portes d’ici la fin du mois de janvier et le centre commercial a écourté ses heures d’ouverture. Voici donc l’introduction d’un article publié sur Radio-Canada Québec, qui se conclut par la mention que « selon Jacques Nantel, professeur en consommation et marketing à HEC Montréal, le commerce électronique est aussi en cause dans les difficultés que connaissent les détaillants. ».

Il est évident que dans bien des secteurs les ventes en ligne peuvent représenter 20 à 30% des ventes totales du secteur (électronique, voyage…) et cela a et aura un impact sur les centres commerciaux qui sont moins en vogue depuis quelques années.

Par contre, pour contrer ces effets, est il encore temps pour les commerçants de développer leurs stratégies pour la vente en ligne, ou le web-to-shop? Parmi les 9 magasins qui ferment leurs portes, et des enseignes nationales parmi ceux-là, je n’ai trouvé qu’un seul site web qui offre la vente en ligne. Comment expliquer qu’un magasin qui loue un emplacement dans un centre commercial n’ait pas encore investi dans la vente en ligne ou une présence accrue sur le web ? Ce n’est pas quand ils auront fermé tous leurs magasins que ce sera le temps de le faire.

Finalement, c’est peut être déjà trop tard pour toutes ces entreprises qui continuent sur leur modèle d’affaires issu des années 80. C’est lorsque les ventes vont bien qu’il faut investir dans la vente en ligne, pas lorsque la clientèle quitte le navire.

On parle beaucoup de l’échec de Target au Canada. Il y a plusieurs de nombreuses raisons à cela. Par contre, j’ai visité le site de Target au Canada et celui aux USA. Celui de nos voisins offre de localiser les produits disponibles en magasin, et même propose la vente en ligne. Rien de tout cela sur la version Canadienne. Comment peut on lancer une chaine en 2015 au Canada sans prendre le temps de l’arrimer à un site web digne des consommateurs ?

Et vous, avez vous aussi des exemples de grandes entreprises qui n’ont toujours pas débuté la vente en ligne ?